Pourquoi une association quand on peut tout trouver sur Internet ?

Associations locales ou non ..                            Internet, oui mais...   

Créateur il y a quelques années d'une association d'entraide généalogique, je persiste à penser qu'il est très opportun, quand on veut commencer sa généalogie, de se rapprocher d'une association ciblée sur une zone géographique ou historique restreinte.

  Mais surtout, l'appartenance à un cercle permet de comprendre que chacun n'est pas obligé d'inventer une science qui existe depuis des millénaires et qu'il existe des codes qui facilitent les échanges.

Car il faut une certaine pratique pour comprendre que mes ancêtres sont aussi ceux de mon voisin et que, plus on avance vers le passé, plus les chances de retrouver des "cousins" contemporains augmentent.

En effet, il faut un bien grand drame familial ou des circonstances particulières pour ne pas connaître nos cousins germains ou issus de germain ; en revanche, des décennies de recherches généalogiques seront nécessaires pour connaître tous les descendants des 256 couples qui forment la dixième génération de nos ancêtres qui vivaient à l'époque de Louis XIV ou de Louis XV. Cette époque peut sembler lointaine à celui qui débute sa recherche, mais, au moins en Languedoc, on y arrive très rapidement mais pas obligatoirement aisément.

 Internet est un outil exceptionnel qui permet des recherches et des échanges sans limites spatiales ni temporelles.

C'est vrai en ce qui concerne la généalogie et il existe de nombreux sites qui sont fort utiles. Il en existe même qui permettent d'apprendre les bases et qui semblent bien peu  consultés quand on lit certaines questions sur les forums.

Les sites les plus fréquentés sont ceux qui permettent de progresser dans la recherche et qui sont souvent pris pour parole d'évangile - On disait : c'est vrai parce que dans le journal - aujourd'hui on pense : c'est vrai car c'est sur Internet. 

Est-ce bien raisonnable ?

Les internautes se demandent-ils qui a mis en ligne toutes ces données ?

 L'homme n'est pas fait pour parler avec une machine et le meilleur exemple est cette réunion annuelle des membres d'un groupe de discussion par Internet pour échanger "de visu". Et comme disait Corneille : "Les exemples vivants sont d'un autre pouvoir"

De plus, nous connaissons tous des généalogistes éminents qui ne fréquentent pas Internet.

Pour moi : des moyens complémentaires 

 

Retour  "Table des matières"